Il est neuf heures ce dimanche de Pâques, quand le soleil daigne montrer ses pales rayons qui par moment embrasent le ciel de sa teinte rouge, les membres du stick n°1 de la Airborne-School de Vannes-Meucon sont prêts, ce sont ceux de l'AFPSAS. Voilà cinq jours qu'ils ont commencé leur formation, cinq jours pour apprendre et ressentir ce que nos anciens ont vécu en d'autres circonstances. Mené par Philippe, le vétéran du groupe, qui promulgue un dernier conseil à celui qui veut bien entendre, car les blagues et boutades fusent, une bonne manière de réduire le stress du moment qui approche. La conclusion, aujourd'hui, de cet apprentissage de l'école de parachutistes en parachute Hémisphérique, Franck, Vianney, Kevin, Pierre et Laurent (spécialement venu des Pays Bas pour l'occasion), vont effectuer leur deuxième et troisième saut ce matin, avant la pluie annoncée pour midi. Mais la matinée va s'avérer longue car elle a commencé à 7h30 par une série d'échauffements sur le gazon gelé devant le hangar de l'Aéro Tandem Celtic, il fait -1°.

C'est hier qu'ils ont effectué leurs premier saut, sans trop savoir où ils allaient mais se vouant tous à Saint-Michel au moment de passer la porte. Ce matin les attitudes sont différentes, car ils savent ce qui les attend, et la peur est peut-être plus présente à l'instant de passer la porte du Pilatus qui, vrombissant n'attend qu'eux pour accrocher les nuages. La porte de l'avion se referme, il va falloir taper les pieds et serrer les chevilles lors du saut, car le sol est dur, gelé par la nuit, il fait encore 1° quand l'avion décolle.

Quelques minutes plus tard l'avion se présente le long du terrain, une corole s'ouvre puis deux, trois et c'est tout le stick qui vient de sauter dans la froide pâleur du soleil Morbihannais. Les derniers sont en bout de piste, on devine les parachutes au loin que l'on repli quand apparait les gyrophares de l'ambulance le long de la piste, regards interrogateurs du rare public, le bruit court que l'un d'eux s'est cassé en touchant le sol. C'est Kevin qui est dedans, la cheville en vrac, on apprendra plus tard qu'elle est cassée, direction l'hôpital. On en reparlera plus tard autour d'un verre en riant, ce sont des choses qui arrivent, certains disent que c'est le métier qui rentre quoi qu'il en soit Kevin est hors-jeu pour le troisième et dernier saut, dès que le pliage sera terminé, on remet ça.

Ce sont de sacrés fêtes de Pâques 2018 pour nos reconstituteurs,  ils sont allés au bout de leurs convictions et rejoignent maintenant les rangs, auréolés d'un savoir qui marque le respect, merci pour votre engagement messieurs, vous avez toute notre admiration.

Laurent Fournier 

01
02
03
04
05
06
07
08
09
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
01/22 
start stop bwd fwd

L’AFPSAS vous invite à visionner en replay ce très beau documentaire réalisé par la chaîne TBSUD. Vous y découvrirez des témoignages émouvants relatifs à la bataille de St Marcel et à l’engagement des SAS FFL et des résistants, et notamment ceux de Lionel LAKERMANCE, vice-président de l’AFPSAS, Marie-Claire CHAMMING’S, agente de liaison et adhérente, Marcel BERGAMASCO, et le regretté Loïc BOUVARD.
Ce documentaire est disponible en suivant ce lien:
https://www.tvr.bzh/programmes/la-bataille-de-saint-marcel-1519329600

St Marcel TBSUD

EXPOSITION

Une vie d'engagement. Les compagnons de la Libération dans la Grande Guerredefault

Du 30 janvier au 2 avril 2018

Les compagnons de la Libération ont des origines sociales, géographiques, confessionnelles et générationnelles très diverses mais ils se sont, tous et toutes, retrouvés, entre 1940 et 1945, dans un combat commun et des valeurs partagées qui sont le socle de la citoyenneté d’aujourd’hui. Fait peu connu, une partie non négligeable d’entre eux (118 sur 1038) ont fait l’expérience du feu lors du premier conflit mondial, s’y distinguant souvent par leur courage et leur sens du devoir. Quelque vingt ans plus tard, dans un contexte radicalement différent, ils s’illustreront par un engagement volontaire, dicté par leur conscience, rejoignant ainsi la petite minorité de ceux qui formeront la Résistance française, dans les rangs de la France libre comme dans les durs combats de la clandestinité.

Exposition réalisée par le musée de l’ordre de la Libération et le musée de l’Armée dans le cadre du centenaire de la Grande Guerre.

Commissariat :
Vincent Giraudier, responsable du département historial Charles de Gaulle, musée de l’Armée
Vladimir Trouplin, conservateur, musée de l’ordre de la Libération
Lionel Dardenne, assistant du conservateur, musée de l’ordre de la Libération

Tous les renseignements ici

cartologie

Le prochain et 3e Week-End Technique de l'AFPSAS sera sur  ...
Carte et Orientation !
Après celui sur les techniques de franchissement vertical et horizontal,
et celui du piégeage d'itinéraire, nous nous attaquons a un domaine un peu plus cérébral
ou il vaut mieux réfléchir 3 fois avant de ce mettre a courir ...

Pour ceux qui veulent venir retrouver l'équipe du comité de reconstitution contactez moi.

Sinon, rendez-vous le samedi 21 avril vers 13h30, début de formation ou révision à partir de 14h.
Moulin de la grée - Plumelec (56)
Fin le dimanche 22 avril vers 17h.
Tenues SAS FFL ou Résistant, repas en autonomie, duvet, tente, ...

Philippe Vergé 06.16.44.49.21

L'Association des Familles des Parachutistes SAS de la France Libre

vous informe 

ALLAINMAT André 2

C'est avec une profonde émotion que nous apprenons par sa famille le décès de notre ancien André ALLAINMAT qui nous a quitté le 23 janvier. André était à notre connaissance le dernier parachutiste de la France libre ayant appartenu à la 1re CIA du capitaine Bergé en Angleterre en 1941.

André Allainmat est né le 1er janvier 1921 à Guingamp. Début décembre 1939, son brevet en poche, il s’engage dans la Marine au 2e dépôt des équipages à Brest. Il est alors envoyé à l’école des radios-télégraphistes de Lorient. Le 17 juin 1940, André embarque sur l’aviso La Moqueuse et signe quelques jours plus tard son engagement au sein des FFL. Il embarque à Porstmouth sur le cuirassé Courbet puis, afin d’entrer plus vite en action, il s’engage le 20 juillet dans la marine britannique et embarque sur le destroyer HMS Ripley avec lequel il effectue des patrouilles dans l’Atlantique-Nord. Enfin, au cours d’une permission, il apprend que le capitaine Bergé cherche des volontaires et en mars 1941, il s’engage au sein de la 1re Compagnie d’Infanterie de l’Air à Camberley.

Dès lors, André suit la formation des commandos, participe à différents stages et est breveté à Ringway le 10 avril 1941. Il enchaîne ensuite avec une longue période de formation de radiotélégraphiste dans une école spéciale pour les agents clandestins.

En juillet 1941, tandis que le capitaine Bergé et une partie de l’unité rejoignent le Moyen-Orient, André rejoint la station 36 et est affecté aux Services de Renseignements.
Dans le cadre de la mission Dastar, André Allainmat est parachuté près de Montereau (Seine et Marne) dans la nuit du 7 septembre avec le sergent Raymond Laverdet. Les deux parachutistes sont chargés d’opérer en région parisienne, d’apporter leur soutien à l’organisation du réseau « Armée des Volontaires » et d’assurer les contacts avec Londres. En janvier 1942, le groupe reçoit le renfort du Sgt/C Louis Bourdat.
Suite à de nombreuses arrestations début 1942, les liaisons sont coupées avec le SR mais André poursuit son travail et prend des contacts avec Libération-Nord, effectue des sabotages, du renseignement et du contre-espionnage.
Début novembre 1942, plusieurs responsables du réseau sont arrêtés et le 7 novembre, André est capturé dans le bureau de poste du 17e arrondissement de Paris après un combat au cours duquel il est blessé. Après un passage rue des Saussaies au siège de la Gestapo, André est incarcéré à Fresnes jusqu’en septembre 1943, puis il est ensuite déporté à Mauthausen d’où il est libéré en mai 1945.

Très discret sur son parcours héroïque, André était officier de la Légion d’Honneur et titulaire de la Médaille de la France libre, Médaille de la Résistance, Médaille des Engagés Volontaires et Croix de Guerre 39-45.

Une cérémonie religieuse aura lieu mardi 30 janvier à 14h30 à l’église du Saint-Esprit, 186 avenue Daumesnil 75012 Paris. L’inhumation aura lieu le 31 janvier à Ploubazlanec et sera précédée d’une messe à l’église à 10 heures.

L’AFPSAS présente ses sincères condoléances à sa famille.

André ALLAINMAT
Déporté de Mauthausen
Officier de la Légion d’honneur
Croix de guerre
Médaillé des Engagés Volontaires de la Résistance
Médaille de la France Libre

L'AFPSAS

stèle de Victor Iturria
Inauguration d'une stèle en mémoire de Victor Iturria
stèle de Victor Iturria
Inauguration d'une stèle en mémoire de Victor Iturria
Stèle de Victor Iturria
Inauguration d'une stèle en mémoire de Victor Iturria
Stèle de Victor Iturria
Inauguration d'une stèle en mémoire de Victor Iturria
Stèle de Victor Iturria
Inauguration d'une stèle en mémoire de Victor Iturria
Stèle de Victor Iturria
Inauguration d'une stèle en mémoire de Victor Iturria
Stèle de Victor Iturria
Inauguration d'une stèle en mémoire de Victor Iturria
Stèle de Victor Iturria
Inauguration d'une stèle en mémoire de Victor Iturria
Stèle de Victor Iturria
Inauguration d'une stèle en mémoire de Victor Iturria
Stèle de Victor Iturria
Inauguration d'une stèle en mémoire de Victor Iturria

Inscription à notre Newsletter

Inscrivez-vous à notre lettre d’information et recevez régulièrement des nouvelles de l’AFPSAS, directement dans votre boîte aux lettres électronique.
Anti spam : Merci de repondre à la question suivante : La main de l'homme compte combien de doigts ? (exemple: 1)
Indiquez votre nom:
Votre Email