Avril 2019

 

                    

 

Avril 2019   

L' Edito du mois :

 

En ce mois d’Avril de cette année 2019  qui voit approcher la célébration du 75e anniversaire du débarquement, de l’engagement des SAS en France jusqu’à la Hollande l’année suivante, nous aimerions dans le cadre des actions entreprises par notre association vous rappeler plusieurs éléments.

Ces célébrations nous amèneront à participer à un certain nombre d’évènements programmés et à rappeler par notre présence le rôle important que fût celui de nos parents.

A cet effet nous souhaiterions :

- Permettre aux anciens SAS de s’exprimer et de nous rappeler leur parcours par des enregistrements « vidéo ».
- Permettre à nos anciens qui le souhaiteraient de pouvoir se déplacer et être présents aux cérémonies qui auront lieu.
- Permettre à nos Comité scientifique et de Reconstitution d’être présent à ces évènements avec le matériel nécessaire.
- Permettre de transmettre aux jeunes générations cette formidable histoire au moyen de supports de communication.
- Etc…

Pour réaliser toutes ces missions, il est important que l’AFPSAS bénéficie des moyens financiers nécessaires et c’est pourquoi nous aimerions vous rappeler qu’en ce début d’année 2019, il est indispensable que vos cotisations soient renouvelées et à jour et que le maximum de descendants de SAS soit « adhérent ».

Nous vous rappelons également que l’AFPSAS est ouverte à des membres sympathisants. Donc si vous avez des amis qui sont intéressés par cette histoire n’hésitez pas à les faire adhérer.

Enfin comme toute association pour faire vivre cette histoire, nous sommes bien entendu à la recherche de sponsors et de mécènes. Alors n’hésitez pas à donner nos coordonnées aux personnes susceptibles d’être intéressées.


L’adresse est : AFPSAS Maison des Associations 31 rue Guillaume Le Batz 56000 -VANNES


Affiliée au Souvenir Français et reconnue d’intérêt général. Site : www.afpsas.fr


Courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


Hubert de FOUCHER
Vice-Président AFPSAS

Association reconnue d’intérêt général

Évènements à venir:

Avril

o 1er avril au 30 novembre 2019 : Sainte-Mère-Église (50) - Airborne Museum
Exposition : La France combattante “Les Forces Françaises Libres de 1940 à 1945”.
Depuis l’entrée en Guerre de la France en 1939 jusqu’à la signature de l’armistice de mai 1945, suivez le parcours héroïque des soldats français pendant la Seconde Guerre Mondiale parmi lesquels les SAS : Henri de Mauduit, Oscar Gautier, Roger Flamand, François Lacloche de Vallombreuse et Denys Cochin.
 
o 3 au 7 avril : Airborne School Vannes Meucon, stage de quatre sauts en hémisphérique et tenue SAS France Libre pour François Maquignon et Alexandre Marson de notre Comité Reconstitution.
 
 

o 11-13 avril 2019 : Hollande

Monument Amherst à Assen, puis à Koelenweg, Westdorp, Spier, Treis, Wezuperbrug et Eext.

Cérémonies en hommage aux SAS tombés lors des combats de la Libération de la Hollande.

 

o 13 avril (13h à 19h) & 14 avril 2019 (10h à 18h) : Séné (56) - Complexe sportif Cousteau - Quartier Saint Laurent   

9eme Salon du modélisme : le comité reconstitution de l’AFPSAS présentera ses activités ainsi que les projets et manifestations prévues dans le cadre du 75ème anniversaire des opérations S.A.S en France.

 

Mai

o 4 mai 2019 : Courtrai (Belgique) - Cimetière St-Jan, Meensesteenweg
ABSASV (Amicale Belgian SAS Vriendenkring)
Cérémonie en hommage aux SAS et SOE Courtraisiens tombés pendant la guerre.

o 18 mai 2019 : à partir de 9h : Mortehan, Bertrix, Saint-Hubert, Smuid et Libin (Belgique)
Cérémonies en hommage aux SAS français.


o 18-19 mai 2019 : Sainte-Mère-Église (50) - Airborne Museum
dans le cadre de la Nuit Européenne des musées, La Nuit à l’Airborne Museum

  •  19h à 23h : Les SAS (Special Air Service) Français en Bretagne pendant l’opération OVERLORD : reconstitution, ateliers techniques et vivants animés par le comité reconstitution de l’AFPSAS.
  • 20h30 : Les opérations SAS des parachutistes de la France Libre en Bretagne dans le cadre de l’opération OVERLORD conférence du Lieutenant-Colonel Jean-Christophe Dumont.

Suggestion de lecture:  Benjamin Massieu

 

LES FRANÇAIS DU JOUR J

Si Philippe Kieffer et les 176 autres membres du 1er bataillon de fusiliers marins commandos sont indéniablement les seuls français à avoir débarqué sur les plages normandes à l’aube du 6 juin 1944, on oublie très souvent qu’ils ne furent pas les seuls Français à prendre part au Jour J. Ce sont en réalité plus de 3 000 Français qui sont engagés dans les premières opérations pour la libération de leur patrie.

Parmi eux figurent les 36 parachutistes du Special Air Service qui sautent dès 00 h 45 sur la Bretagne afin de préparer l’arrivée de leur régiment (4th SAS) et de mener la guérilla sur les arrières de l’ennemi. En Normandie, Rémi Dreyfus du 3rd SAS est désigné comme interprète du général Gale et atterrit dans la région de Ranville au soir du 6 juin. Bientôt, il se joindra à un autre SAS de son régiment envoyé lui aussi en Normandie, Paul Jarrige, et ils mèneront tous deux diverses missions de reconnaissance derrière les lignes ennemies.

Sur mer, ce ne sont pas moins d’une douzaine de navires français qui prennent part aux opérations. Tandis que les croiseurs Georges Leygues et Montcalm bombardent les défenses d’Omaha Beach, que le torpilleur La Combattante s’attaque à celles de Juno Beach, quatre corvettes, quatre frégates et un chasseurs effectuent des missions d’escorte.

Dans les airs, 227 aviateurs français sont engagés : ce sont les hommes du groupe Guyenne qui bombardent la batterie de Maisy aux premières heures, les hommes du Lorraine qui répandent un rideau de fumée pour camoufler l’armada devant Utah Beach et perdent un équipage de 3 hommes, ainsi que les groupes de chasse Alsace, Île-de-France, Cigognes et Berry (qui perd un pilote), ainsi qu’une quinzaine de pilotes français détachés au sein d’unités de la Royal Air Force.

Ce livre, fruit de découvertes inédites dans les archives militaires françaises et britanniques, archives privées et souvenirs des témoins, se propose pour la première fois de revenir sur l’intégralité de la participation française aux opérations du 6 juin 1944. Il sera suivi d’un second volume consacré aux opérations qui suivirent le Jour J et qui virent l’engagement d’un nombre encore plus important de Français.

Au-delà des questions purement militaires, il propose également de revenir sur les enjeux politiques de cet engagement, sur la division qui existe alors entre Français libres et ancien des forces d’Afrique du nord (majoritaires le Jour J) et sur la façon dont cette participation française a été négociée. Ce livre revient enfin sur les relations entre de Gaulle et les Alliés qui conduisirent le général à toujours refuser de commémorer cette journée.

75 ans après les faits, cette première publication sur la question nous interroge sur notre mémoire de cet évènement ou plutôt sur les blancs d’une mémoire française du Jour J, désormais médiatiquement concentrée sur le seul Commando Kieffer.

 

Benjamin Massieu

Précommander ce livre sur la boutique AFPSAS

Le SAS du mois : Pita Tihoni

 

Au sein des SAS, les volontaires venus des Etablissements Français d’Océanie étaient au nombre de 10. Dix hommes courageux qui ne connaissaient la France que de nom mais qui étaient attachés à cette terre lointaine.
Parmi eux, Pita TIHONI est né le 3 avril 1921 à Teahupo’o où il est agriculteur. Appelé à la Compagnie Autonome d’Infanterie Coloniale de Tahiti commandée par le capitaine Broche, Pita rejoint les Forces Françaises Libres dès le ralliement de Tahiti en septembre 1940. En avril 1941, un important contingent embarque à destination de l’Australie puis du Moyen-Orient et constitue le Bataillon du Pacifique. Pour sa part Pita TIHONI se porte volontaire pour l’Infanterie de l’Air et embarque avec ses camarades (Albert et Etienne COLOMBANI, Mahahé ORAIRAI, Teo TEHAAMOANA, Fateata MANARII, Piu KIIPUHIA, Nicolas PAAHEO, Punua TEAI et Ernest TETUAEA) à Papeete le 23 mars 1943 sur la goëlette « Vaihere ». A Makatea, les hommes sont transférés sur le cargo « Trienza » à destination de la Nouvelle-Zélande. Enfin, le 24 avril, l’ensemble des volontaires prennent la mer pour un long voyage à bord du « TSS Monowai » à destination de la Grande-Bretagne.
Le 3 juin 1943, les Tahitiens débarquent à Liverpool et rejoignent Camberley où ils sont affecté à la CCE du 1er BIA au sein de la section Mairet. Aussitôt, ils débutent l’entraînement et partent en stage de préparation physique à Hardwick Hall près de Chesterfield le 16 juillet avant de rejoindre la base de Ringway. Pita Tihoni est breveté le 27 août 1943. Aussitôt, il enchaîne avec un nouveau stage d’Infanterie de l’Air pendant deux mois à Cirencester.
En février 1944, le 4e SAS s’installe à Auchinleck après un hiver passé à Cupar dans des conditions particulièrement difficiles pour nos amis d’Océanie. Les 10 Tahitiens sont alors affectés au sein du stick du Sgt/C Juillard et du Sgt Oguer du 1er squadron et ils arpentent longuement les collines d’Ecosse.
Parachuté sur la base Dingson dans la nuit du 12 au 13 juin, Pita TIHONI participe vaillamment au combat du 18 juin. Dans la nuit, un petit groupe se forme et tente de rejoindre le secteur de Callac sous la pluie. Les ordres sont donnés aux SAS de se disperser dans les landes de Lanvaux. Quelques jours plus tard, Pita Tihoni et quelques camarades sont faits prisonniers. Transféré vers un camp de Transit près de Chartres, il atteint le stalag XIIA de Limburg le 2 juillet puis le stalag IVB de Muhlberg.
Libéré au mois d’avril 1945 , Pita TIHONI rentre en France pour être démobilisé. Les volontaires d’Océanie embarquent alors à Marseille le 14 mars 1946. Profondément marqués par leur aventure et leur captivité, Ils vont connaître les difficultés du retour à la vie civile.

David Portier

Comité scientifique 

Lien vers le site de David Portier

Tribune Libre :

Airborne Museum - Sainte-Mère-Église (50) : 4 avril au 30 novembre 2019


Exposition La France combattante "Les Forces Françaises Libres de 1940 à 1945".

Afin de continuer notre coopération active avec notre partenaire, l’Airborne Museum de Sainte Mère l’Eglise, l’AFPSAS a été contactée pour participer en 2019 à cette nouvelle exposition de plus de six mois dont le thème est :
La France combattante "Les Forces Françaises Libres de 1940 à 1945".

Nous ne pouvions donc passer à côté d’un tel évènement, en proposant la mise en lumière d’affaires personnelles de SAS provenant de collections particulières et de membres de l’AFPSAS.
Ainsi, grâce aux prêts ou dons des familles membres de l’AFPSAS, mais aussi à des collections particulières, L’AFPSAS a pu mettre en valeur dans de magnifiques vitrine des affaires qui n’ont, pour certaines, jamais été exposées avant !
Citons par exemple les affaires personnelles des SAS suivants : Henri de Mauduit (opération Cooney 4th SAS), Oscar Gautier (opération MARSHALL du 3rd SAS), Roger Flamand (opération DICKENS du 3rd SAS), François Lacloche de Vallombreuse (opération DERRY du 3rd SAS) et Denys Cochin (opération Cooney 4th SAS) avec sa très rare PATCHETT !!
Ces affaires seront exposées d’avril à novembre à l’espace d’exposition temporaire jusqu‘au mois de novembre, et deux actions particulières toujours menées par le comité scientifique et le comité reconstitution permettront de parler des actions de nos chers anciens dans un cadre traditionnellement dévolu aux parachutistes américains : une activité de reconstitution des activités SAS – Résistance couplée à une conférence sur « les opérations SAS en Bretagne liées à OVERLORD », lors de la nuit européenne des musées le 19 mai prochain, et une deuxième conférence présentant « l’ensemble des opérations de la SAS Brigade » en octobre.

 

LCL Jean Christophe Dumont

Comité scientifique

Lien vers le site

Bas de page  newsletter 01